Perles de la Littérature, Dominique Jacob, Pierre Ferrari

Le résumé :

Dans la nacre d’une oeuvre littéraire, un grain d’étourderie, une goutte d’inadvertance, donnent naissance à une perle. Ou plutôt des sottises résultant de lapsus calami, bévues, pataquès, anachronisme, catachrèses, et autres tournures fautives. On en découvre dans tous les ouvrages, sous la signature des écrivains les plus célèbres, des plus féconds, (les Feuilletonistes) aux plus rigoureux (Flaubert lui-même n’en est pas exempt).

Mon avis

Après « Les perles de librairies » de David Alliot, c’est ce petit livre de Pierre Ferrari et Dominique Jacob qui m’a fait envie. Chaque fois que je passe devant, j’en lis une. Pour le moment c’est une par jour.
La perle du jour : « Nous espérions vous serrer la main de vive voix » (Jules de Goncourt, Lettres, 1859).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *