L’homme aux cercles bleus, Fred Vargas

Le résumé :

«Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors?» Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu: trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon… Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent: un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent: bientôt, de l’anodin saugrenu on passera au tragique. Il n’a pas tort. Un matin, c’est le cadavre d’une femme égorgée que l’on trouve au milieu d’un de ces cercles bleus.

Mon avis

J’ai réussi je l’ai fini ! Chose promise, chose due, nous sommes lundi.

Grande fan de Fred Vargas depuis que j’ai découvert Pars vite et reviens tard (qui a été adapté en film), avec ce commissaire, Jean-Baptiste Adamsberg tellement étrange et si différent des commissaires que l’on retrouve dans les romans policiers.
Donc dans L’homme aux cercles bleus, on retrouve le fameux commissaire Adamsberg, mais aussi l’inspecteur Danglard, un homme très intelligent mais un peu trop porté sur l’alcool après 16h. Camille (à l’époque de Pars vite et reviens tard, fiancée qui prend du recul), qui n’a pas donné signe de vie à Adamsberg depuis longtemps, sème le doute dans l’esprit du commissaire qui la croit morte et fait des apparitions éclairs.
Dans ce roman, ça ne fait que quelques jours que le commissaire est en poste à Paris. Pendant ce temps des cercles bleus apparaissent aux quatre coins la capitale, cela n’inquiète pas grand monde sauf Adamsberg qui pense qu’après les objets, ce seront des corps qu’on retrouvera dans les cercles. Une enquête pas très pressée, car elle est rythmée par les découvertes des cercles et les discussions avec Mathilde une océanologue qui a une drôle de lubie. En effet, Mathilde file des gens pour s’occuper, et il semblerait qu’elle suivit l’homme aux cercles bleus. Une enquête tranquille mais pleine de rebondissement. Personnellement j’étais incapable de savoir qui était le tueur, j’avais bien des idées mais à la fin, je suis restée bouche bée… Et oui, Fred Vargas brouille les pistes !
Alors, comme tous ses romans policiers que j’ai déjà lu, L’homme aux cercles bleus est approuvé et recommandé !

Et vous, l’avez-vous lu ?

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.