Si douce sera la mort, Charlaine Harris

Le résumé :

Catherine Lowfield décide de retourner dans sa ville natale, dans le Mississippi, après la mort tragique de ses parents. Peu convaincue qu’il s’agissait d’un accident, elle part en quête de réponses. Lorsqu’elle découvre le corps de l’infirmière qui assistait son père, elle comprend que la ville cache de nombreux secrets et que sa vie est en danger.

Mon avis

De retour avec Charlaine Harris, mais cette fois pas de Sookie Stackhouse, Eric Northman, ou Bill Compton dans les parages, il s’agit d’un des premiers romans de Madame Harris, publié en 1981. Donc un roman policier très différent de ce qu’on a pu lire avant.

Nous faisons connaissance avec Catherine, 23 ans, dont les parents sont morts avant le déroulement du récit. C’est un roman policier intéressant même si j’ai été surprise de voir comment l’enquête sur les crimes a été menée puis résolue…
Le hasard et des interrogations y ont été pour beaucoup. Je n’ai qu’un reproche à faire, si le mystère est resté jusqu’au bout, j’ai trouvé ça bâclé. Je trouve dommage qu’il n’y ai pas eut d’enquête plus poussée surtout que dès les premières pages, on est mis dans l’ambiance avec la découverte du premier cadavre…
Je trouve ça dommage pour un policier d’avoir une intrigue qui pourrait mais n’est plus poussée, plus creusée… Mais c’est un registre différent dans lequel on retrouve Charlaine Harris, on ne peut pas comparer avec ce qu’on a lu auparavant ( Interlude mortel ou La Communauté du Sud) puisque les univers sont totalement opposé. Par contre, une chose est sure, je préfère le registre vampirique dans lequel elle s’est lancée avec La communauté du Sud que lire un tel roman policier. C’est du gâchis de ne pas avoir approfondis alors qu’il y avait pourtant matière à développer…

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.