Nouvelles orientales, Marguerite Yourcenar

Les nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar c’est un recueil de 10 nouvelles que j’ai étudié au lycée avec une prof de français qui m’a donné le goût de lire des nouvelles !

Quelques années après mon année de seconde (7 ans déjà au moins !) j’ai décidé de les relire pour mon plus grand plaisir

Les nouvelles du recueil

  • « Comment Wang-Fô fut sauvé »
  • « Le Sourire de Marko »
  • « Le Lait de la mort »
  • « Le Dernier Amour du prince Genghi »
  • « L’Homme qui a aimé les Néréides »
  • « Notre-Dame-des-Hirondelles »
  • « La Veuve Aphrodissia »
  • « Kâli décapitée »
  • « La Fin de Marko Kraliévitch »
  • « La Tristesse de Cornélius Berg »

Mon avis

Ce qui m’a séduit, c’est de voyager de pays en pays : Chine, Grèce, Japon… Avec différents personnages. Je ne saurais dire quelle est la nouvelle que je préfère dans ce recueil, mais je sais que quelques années plus tard j’avais encore en tête les nouvelles de « Kâli décapitée » et de « Comment Wang-Fô fut sauvé ». Celles qui m’avaient visiblement le plus marqué lors de l’étude de ce recueil. C’est de penser à ces nouvelles qui m’a donné envie de me replonger dans l’univers des nouvelles orientales presque 10 ans après !

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.