Il Babbo, Ivan Macaux

Deuxième roman de la sélection Fnac qui m’a été attribué.

Le résumé :

«Le voilà qui arrive. «Il Babbo». Il n’a rien d’italien, c’est ma mère qui l’est à moitié. C’est elle qui l’a surnommé ainsi pour nous. Avec l’accent, en tirant sur le «a». J’aime le sobriquet. Aux heures claires, il sent le babillage et la bulle savonneuse. Aux heures sombres, il claque comme une sentence enfantine : «Pas beau !»»

Une semaine sur les routes de France, entre le Var et Paris, dans le sillage d’une vieille bagnole en bout de course. Il Babbo conduit. Sur le siège passager, son fils scrute le rétroviseur où défilent les souvenirs d’enfance, caprices et coups de poker de ce père au destin sinueux et spectaculaire. Qui est-il ce Babbo, cet homme jovial et interlope : idéaliste patenté ou escroc aux heures de bureau ? Et qui est vraiment ce narrateur ? Plus un adolescent, pas tout à fait un homme. Ce voyage, seul à seul, est un moment rare. Père et fils s’observent, se toisent, se cherchent.

Le long des départementales, c’est le poids des silences et des non-dits que l’auteur convoie, et l’histoire d’une famille française, en creux, qu’il explore. Au fil des kilomètres, se croiseront l’Afrique et Barbara, Musclor et Stefan Zweig, des généraux soviétiques chez Tati, Lee Harvey Oswald et le porno.

Ivan Macaux est né en 1984. Ancien critique de cinéma, il est aujourd’hui reporter à la télévision. Il Babbo est son premier roman.

Mon avis

Il Babbo c’est pour moi une lecture un peu déjà vu qui me fait pensé à un peu de « Deux Etrangers » de Emilie Frèche et un peu de « La domination » de Karine Tuil… Il Babbo, c’est une thématique intéressante mais un style, une plume qui ne m’a pas plus plu que ça. Je l’ai lu et pour être honnête, j’ai lutté pour ne pas le refermer et le mettre de côté.

Dans ce livre on découvre « Il Babbo », le père de notre personnage principal avec lequel il remonte en voiture à Paris, depuis leur maison secondaire du sud, durant ce trajet retour, c’est une série de souvenirs qui nous est racontée. Ca ne vous fait pas penser à un certain trajet en R5 vous ? Enfin, ici, le père est dans la voiture avec notre personnage principal, c’est un peu la seule différence. Chaque étape apporte son lot de souvenirs grâce auxquels on tente d’en savoir plus sur le personnage principal et son père en vain.

Pour moi, il a manqué quelque chose pour me tenir dans l’histoire, et il y a des choses qui n’ont pas été exploitées alors que je m’y attendais, que je l’attendais, que je l’espérais. Pas de coup de coeur, mais plutôt une petite déception pour ce roman.

prixduromanfnac

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.