J’ai perdu tout ce que j’aimais, Sacha Sperling

Et voilà donc ma dernière lecture pour le prix du roman. Avec ce billet, je vous aurais donc parlé de tous les romans que j’ai lu. J’ai attendu avant d’en parler sur le blog que le prix du roman soit décerné pour des raisons de confidentialité. Le prix du roman Fnac est une « aventure » enrichissante et je regrette n’avoir pu me rendre à la soirée de la remise de prix.

Le résumé

Pour se remettre du succès inattendu de son premier roman et de la déception du deuxième, Sacha s’est enfui un an à Los Angeles. De retour à Paris, l’accueil est glacial.

Ses amis d’enfance lui reprochent de s’être inspiré d’eux pour façonner ses personnages, d’avoir révélé leurs secrets, d’avoir raconté leurs frasques. Et que peut un écrivain quand ses personnages se révoltent contre lui ? Les choses ont bien changé depuis l’époque du lycée, et l’ex-petite vedette littéraire semble sombrer dans la paranoïa… A moins que Sacha ait raison d’avoir peur.

Mon avis

Sacha Sperling à 23 ans.
J’ai perdu tout ce que j’aimais est son troisième roman.

Cette inscription au dos du livre et le résumé m’ont fait me poser beaucoup de questions. Y a-t-il des éléments autobiographiques dans ce roman ? Quels sont les autres romans de cet auteur qui a mon âge ? Car, j’ai franchement été surprise de voir l’âge de Sacha Sperling, qui est aussi jeune que moi … Ce qui m’a poussé à me demander si certains éléments sont autobiographique c’est que le personnage principal est un jeune homme appelé Sacha, comme l’auteur.

En commençant ce roman et malgré le résumé, je m’attendais à un personnage féminin vu le titre j’image mais je ne sais pas pourquoi,  c’était plus fort que moi. Pour moi, ce serait un personnage féminin, allez savoir pourquoi …  Mais j’ai découvert un jeune homme quelque peu dépassé par sa vie d’auteur, succès enivrant puis déception du second livre. J’ai songé en souriant à Nicolas Kolt et son Enveloppe dans le roman de Tatiana de Rosnay, A l’encre Russe. J’ai trouvé ça un peu dommage car Sacha est un personnage attachant.

J’étais vraiment dans le livre, je n’avais qu’une envie : le finir pour savoir pourquoi son meilleur ami Quentin avant un comportement si intriguant, mais aussi pourquoi ? Je voulais vraiment savoir à force de faire mille et une suppositions. J’ai pris une grosse claque en pleine figure avec le gros retournement de situations auquel on ne s’attend vraiment pas. Ce qui redonne de l’intérêt au récit, pile au bon moment. Pile quand on commence à se lasser et à vouloir vite arriver la fin.

Long parfois, intéressant souvent, je garde donc un bon souvenir de ma lecture.

 prixduromanfnac

16 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.