Nos étoiles contraires, John Green


Le résumé

Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie.

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis

wpid-IMG_20130912_202257.jpg

Je vais être honnête mais la fin de ce livre m’a fait chialer. C’est un beau roman, qui fait sourire mais qui fait aussi pleurer. Je l’ai dévoré d’une traite, pensant lire le chapitre en VO puis en VF ou inversement, mais j’étais tellement prise dedans que j’ai engloutis la VF en quelques heures. On ne peut refermer ce livre avant de savoir ce qui va arriver à Hazel, cette jeune fille dont l’avenir reste flou car si son traitement la stabilise niveau tumeur, il exacerbe d’autres soucis notamment l’eau dans les poumons qu’il faut lui enlever régulièrement. Je ne suis pas assez technique pour vous en parler car je vous avoue que ça me dépasse totalement tout ce qui est médical la concernant. Je sais juste que le personnage d’Hazel est très courageux. Je vous en parle en disant personnage car dès le départ, John Green nous conseille de ne pas oublier qu’il s’agit de fiction. Il faut bien admettre que cette fiction prend aux tripes, je n’ose imaginer ce que ça aurait été si j’avais su que c’était une histoire vraie. John Green nous livre le récit poignant du quotidien d’Hazel et de Gus, les deux ados amoureux dont l’avenir est incertain et le quotidien ponctué de traitements et d’incertitudes quant à l’évolution de leurs cancers. Et il y a Isaac, un jeune homme qui a subi l’ablation d’un oeil suite à un cancer improbable de l’œil (je dis improbable comme John Green l’a écrit). Ce pauvre jeune homme qui finira par perdre la vue totalement après l’ablation du deuxième œil. Le destin de ces jeunes gens est tellement triste … J’en avais mal au ventre de lire leur histoire, même en sachant pertinemment que c’était un roman. Un livre qui vaut vraiment le coup d’être lu. Une lecture qui ne laisse pas insensible…

16 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.