Des fleurs pour Algernon, Daniel Keyes

Le résumé :

Charlie Gordon, déficient mental, rêve de devenir intelligent. Lorsque des scientifiques lui proposent de tester un traitement révolutionnaire pour augmenter son QI – testée et (apparemment) réussie sur la souris blanche Algernon, il n’hésite pas une seconde. L’opération est un succès et, progressivement, Charlie devient de plus en plus intelligent, jusqu’à surpasser les capacités mêmes des scientifiques qui ont permis sa métamorphose. Il découvre alors le monde d’un œil nouveau, et apprend à se connaître lui-même. Jusqu’à ce qu’Algernon dégénère…

Mon avis

C’est une histoire très touchante dans laquelle on voit évoluer Charlie Gordon, la trentaine doté d’un QI ne dépassant pas 70. Ce jeune homme est malgré tout très déterminé à apprendre à lire et à écrire grâce à un cours pour élèves attardés. C’est grâce à ce cours que des scientifiques l’approchent pour lui proposer un moyen de devenir intelligent, et Charlie n’hésite pas une seconde, il a toujours voulu être intelligent. Le récit commence par les comptes rendus de Charlie grâce auxquels on découvre son histoire (attention ça pique les yeux niveau orthographe) et on suit son évolution compte rendu après compte rendu. De gros changements interviennent rapidement dans la façon d’écrire de Charlie, il devient très vite intelligent. A partir de là, tout change, il ne voit plus le monde de la même manière, il revoit des épisodes de son passé (pas très gai) et analyse les choses. Il en devient odieux. Odieux parce qu’il surpasse tout le monde niveau QI, parce qu’on ne le comprend plus, parce qu’il s’ennuie et parce qu’il est différent. Il se retrouve une fois de plus « isolé » comme lorsqu’il était attardé. Sauf que cette fois-ci on ne se moque plus de lui, il lui reste juste l’impression d’être traité comme un objet, une expérience plus qu’un être humain.
Et cette impression je l’ai partagé. Dès lors que Charlie accepte de se prêter au jeu, on a le sentiment qu’il est traité comme Algernon, la petite souris qui fut le test le plus concluant de l’expérience sur les animaux. Enfin, jusqu’à ce qu’elle dégénère.

J’ai trouvé cette histoire vraiment touchante, et triste parfois (souvent ?), il faut reconnaître que l’on partage les joies de Charlie quand il progresse positivement, qu’on est triste lorsqu’on se moque de lui lorsqu’il est attardé. Il est mignon quand il est amoureux et maladroit. Il est touchant quand il est paniqué… Charlie est un personnage attachant en fin de compte.
J’ai vraiment adoré passer quelques heures en sa compagnie.

20 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.