Lady Hunt, Hélène Frappat

Le résumé

Laura Kern est hantée par un rêve, le rêve d’une maison qui l’obsède, l’attire autant qu’elle la terrifie. En plus d’envahir ses nuits, de flouter ses jours, le rêve porte une menace : se peut-il qu’il soit le premier symptôme du mal étrange et fatal qui frappa son père, l’héritage d’une malédiction familiale auquel elle n’échappera pas ? D’autres mystères corrompent bientôt le quotidien de la jeune femme, qui travaille pour une agence immobilière à Paris plus un effet secondaire qu’une carrière. Tandis qu’elle fait visiter un appartement de l’avenue des Ternes, Laura est témoin de l’inexplicable disparition d’un enfant. Dans le combat décisif qui l’oppose à l’irrationnel, Laura résiste vaillamment, avec pour armes un poème, une pierre noire, une chanson, des souvenirs… Trouvera-t-elle dans son rêve la clé de l’énigme du réel ? Sur la hantise du passé qui contamine les possibles, sur le charme des amours maudites, la morsure des liens du sang et les embuscades de la folie, Hélène Frappat trace une cartographie intime et (hyper)sensible de l’effroi et des tourments extralucides de l’âme. Des ruines du parc Monceau à la lande galloise, avec liberté et ampleur elle réinvente dans Lady Hunt le grand roman gothique anglais, et toutes les nuances du sortilège.

Mon avis

C’est un roman que j’ai lu d’une traite, un récit épatant qui mêle vie réelle et paranormal. Dans son récit Hélène Frappat nous décrit une maison lugubre, flippante mais qui attire notre attention, une maison digne d’un film d’horreur. Une maison dans la brume qui revient en rêve à Laura, une femme extralucide, (un petit garçon aussi), des miroirs qui ne lui renvoient pas son reflet. Etrange non ? Et captivant. Dès les premières pages on est dans le rêve de Laura, ce rêve qui revient sans cesse et qui l’obsède, cette maison encore et toujours. Mais où est-elle ? Pourquoi revient-elle toujours en rêve à Laura ? Et pourquoi toute cette atmosphère étrange autour de la maison ?

Un récit qui nous emmène loin dans le passé de Laura et de sa soeur Elaine, leurs origines. Une mère bretonne et un père venant du Pays de Galles, ça donne un mélange de légendes assez sympa et étrange. Et cette maladie qui intrigue et qui finit par expliquer le titre :  La maladie de Huntington (autrefois appelée Chorée de Huntington) de son père et dont les deux soeurs peuvent potentiellement être porteuses.

Laura, la jolie rousse nous entraîne dans sa quête de la vérité pour mieux comprendre son passé et la signification de ses rêves, ce qui ne la laissera pas indemne. Le lecteur non plus d’ailleurs.

479x324_logo2_rentree-literaire2013 Merci Priceminister pour cette opération qui m’a permis de découvrir un super roman !
Le détail de l’opération sur le blog Priceminister

20 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.