Ce que cache ton nom, Clara Sanchez

Le résumé :

Sandra, une jeune femme d’une trentaine d’années, a décidé de venir s’installer dans un village isolé de la côte est espagnole. Un peu paumée, Sandra – qui vient de quitter un emploi qu’elle détestait et un homme qu’elle n’aimait pas mais dont elle attend un enfant – ne sait pas quoi faire de sa vie. Alors qu’elle passe de longues heures sur la plage, perdue dans ses pensées, Sandra fait la connaissance des Christensen, un couple d’octogénaires norvégiens installés dans le village depuis des années. Rapidement, le lien qui unie Sandra à ce couple devient plus qu’une simple amitié. Ils la prennent sous leurs ailes, décident de l’aider et la traitent comme la petite-fille qu’ils n’ont jamais eue. Mais un vieil homme tout juste débarqué d’Argentine, Julian, va venir perturber cette union fragile. Il révèle en effet à Sandra qu’il est un survivant du camp de Mauthausen, et que les Christensen ne sont ceux qu’ils prétendent être. Donnant au départ que peu de crédit à l’histoire de Julian, Sandra, étudiant les allées et venues de Karin et Fredrik et considérant leurs silences, finit tout de même par considérer le couple de Norvégiens sous un nouveau jour. Mais elle ne réalise pas encore que la fin de son innocence met sa vie en danger…

Mon avis

Tout d’abord, merci Nico de me l’avoir prêté.

Ce roman mêle la vie de Julian, un chasseur de nazi retraité venu en Espagne à la suite d’une lettre de son meilleur ami et de Sandra, jeune femme d’une trentaine d’année. Sandra est enceinte et est venue s’isoler dans la petite maison que loue sa sœur afin de faire le point sur sa vie et sa relation avec le père de son futur enfant. Elle ne s’attend bien sur pas à ce que sa vie change d’un coup lorsqu’elle fera un malaise et rencontrera les Christensen, des personnes âgées Norvégiennes. Ils se lient d’amitiés et la prennent sous leur aile pour prendre soin d’elle et de sa progéniture comme si elle était de leur famille.

Seulement les Christensen ne sont pas du tout de gentils retraités et Sandra l’apprendra abruptement par Julian qui lui dira de faire attention à elle. Mais bien sûr, c’est un peu tard. Elle se retrouve impliqué dans la vie des Christensen, à jouer la comédie et à planifier discrètement des entrevues avec Julian, qui sont dangereuses pour l’un comme pour l’autre.

On s’attache assez facilement à Sandra, cette jeune femme un peu perdue, qui ne sait pas quoi faire de sa vie. On a envie de la sortir des griffes de ces gens-là, de la secouer quand elle ne se rend pas compte du danger qu’elle court à jouer double jeu avec les Christensen. Forcément, on en veut à Julian de venir perturber l’espèce d’équilibre qu’elle mettait dans sa vie, on en veut aussi aux Christensen pour leurs agissements passés et pour leur détachement quotidien. En effet, ils vivent très bien avec leurs actions passées et se sentent incompris. Bref, on n’a pas la même vision du bien et du mal qu’eux.

Le seul point négatif de ce livre fut, à mon sens, sa longueur. C’était très intéressant de se retrouver en immersion chez les Christensen, de vivre le quotidien de Sandra (un peu moins de Julian et ses habitudes de personne âgée mais son passé n’en était pas moins passionnant). Un quotidien tranquille, qui deviendra vite pimenté, assez pour que Sandra joue gros. Tout le récit était intéressant, cette enquête menée par les deux nouveaux amis seulement, il y a eut des moments un peu long. Malgré ce petit aspect négatif pour moi, j’ai beaucoup apprécié ma lecture, les moments de doutes, les moments ou je retenais ma respiration parce que j’avais peur pour Sandra, les moments où on se dit que c’est bon on connait la fin alors que non !

Bref, une lecture dans l’ensemble très sympa. Merci Nico !

Erika

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.