Les vampires de Chicago, Tome 7, Permis de mordre, Chloé Neill

Le résumé :

Là où il y a des vamps, il y a des ennuis !
Deux solitaires ont disparu sans laisser de traces. Moi, Merit, chargée de la protection de ma Maison, je n’en suis pas à ma première enquête. Cependant celle-ci pourrait bien s’avérer la plus dangereuse. Quelqu’un s’en prend aux vampires de Chicago, et n’importe qui pourrait être le prochain sur sa liste. Avec l’aide de mon Maître, Ethan Sullivan, c’est à une véritable course contre la montre que je vais devoir me livrer. Mais confrontée à d’anciens démons et à des alliances secrètes, je vais devoir admettre que mon ennemi est bien plus puissant que tout ce que j’ai pu imaginer.

Mon avis

Dans ce tome, les ennuis entre la Maison Cadogan et le PG sont toujours bien présent, mais à ces soucis viennent s’ajouter la disparition de deux solitaires alors qu’ils allaient s’enregistrer (suite à la stupide loi mise en place par la nouvelle maire pour avoir une liste complète des vampires). Les solitaires ont demandé de l’aide à la Maison Cadogan car ils ont appris cette disparition lors de la soirée organisée par la Maison. Mérit est donc chargée de cette enquête.

Parallèlement, pour éviter tout coup tordu du PG ou toute attaque contre la Maison Donovan, Ethan a embauché Michael Donovan en tant que chargé de la sécurité, c’est lui qui va faire des préconisations pour renforcer la sécurité.

On suit le couple Ethan/Merit qui vivra quelques tensions dans un contexte déjà suffisamment tendu. Merit aura encore plus de pression entre son rôle dans la Maison, son histoire avec Ethan, son enquête mais aussi son rôle dans la Garde Rouge.
On suit également sa relation avec Mallory qui se reconstruit peu à peu, même si c’est compliqué, on sent qu’il y a toujours cette espèce de complicité entre les deux qui resurgit spontanément dans certaines situations.

Le tome 7 nous permet de faire le point sur la situation des vampires à Chicago, sur la Maison Cadogan et sa « rupture » avec le PG qui est quand même l’organisation mondiale qui supervise les maisons. Cette rupture les relègues pour le PG au même rang que les solitaires qui ont rejeté leur autorité. Seulement, les solitaires ont fait le choix de ne pas intégrer de maison, ce qui fait une sacrée différence avec les vampires de la Maison Cadogan. Les vampires de la Maison Cadogan ont donc un statut autre, à mi chemin entre les solitaires et je ne sais quoi. En tout cas, la Maison fait en sorte de rebondir et de sortir le moins affaibli possible de la rupture avec le PG qui ne se déroulera pas sans heurts.

Pour moi, ce tome pourrait constituer une fin en soi, la fin d’une ère sous le PG et donc possiblement la fin d’une série, mais ce n’est pas le cas. Est-ce que j’ai envie de poursuivre ? Oui et non. J’avoue que je vais laisser passer quelques temps avant de lire le tome 8 qui est dans ma PàL, à voir si ce tome me confortera dans mon avis.

Erika

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *