Quand les colombes disparurent, Sofi Oksanen

Le résumé :

Occupation, résistance et collaboration sont les ressorts de ce roman puissant, dans une Estonie prise tour à tour au piège des communistes et des Allemands. Pour répondre aux errances de l’Histoire, chacun devra choisir un camp, un chemin. Roland, le juste, combat sans relâche l’envahisseur ; son cousin Edgar, véritable caméléon, épouse successivement l’idéologie du pouvoir ; enfin Juudit, sa femme, est écartelée entre son amour sincère pour un officier allemand et l’hypocrisie suffocante d’un mariage raté. Mais qui sera le vainqueur de cette lutte acharnée ?

Mon avis

Je savais que ça allait être un roman dur à lire, compte tenu de sa thématique. Au début, j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver avec tous les personnages car à chaque changement de personnage, on n’a pas d’indication claire, c’est avec la connaissance du personnage qu’on acquiert au fur et à mesure de notre lecture.

Donc on est à l’époque de la montée en puissance de l’Allemagne, on est en Estonie, ils ont mis dehors les Russes et les Finlandais et les Allemands commencent à s’installer l’air de rien au départ. On suit différents personnages comme Edgar et sa femme Juudit dont le mariage n’est pas au beau fixe mais aussi Roland le cousin d’Edgar ou encore celui qu’on connaîtra sous le nom de camarade Part.

Il y a donc des personnages qui se battent pour que l’Estonie soit libre et ceux qui sont prêt à tout pour survivre et vivre bien. Il y a aussi l’amour, l’amour qui tombe sur Juudit alors qu’elle est mariée et qu’elle ne sait pas ce qu’est devenu Edgar son mari. Un mari sur le papier mais qui est loin de se comporter comme tel. Il n’a jamais essayé de lui faire un héritier, il ne se comporte pas comme un homme avec sa femme, pas de tendresse … rien. Alors quand Juudit tombe amoureuse de cet officier allemand, elle ne résistera pas, elle vivra son histoire avec lui et connaîtra le bonheur malgré le contexte.

De tous les personnages de ce roman, malgré le contexte, c’est Juudit que j’ai préféré. Mes passages préférés étaient ceux qui la mettaient en scène que ce soit avant son histoire avec l’officier allemand ou depuis qu’elle est tombé amoureuse. Elle a fait des choix, des choix qui peuvent être remis en question mais elle a fait des choix même quand c’était pas facile.

Le plus dur avec ce roman, c’est de ne pas se perdre parmi tous les personnages et les termes allemands qui reviennent régulièrement. L’histoire est loin d’être ennuyante, on ne la subit pas malgré un thème assez dur, on s’attache facilement à certains personnages et à aucun moment on ne remet en question le réalisme du récit … Ce roman fait l’effet d’un cours d’histoire très complet puisque l’installation des allemands en Estonie ce n’est pas ce qu’on aborde en cours. J’ai dévoré cette histoire tant pour les personnages dont je voulais connaître l’avenir que pour tout l’aspect historique qui m’a énormément intéressé.

Erika

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.