A l’assaut de la comtesse, Vanessa Kelly

Le résumé :

Qu’adviendra-t-il de la patiente anglaise ?

Écrasée par les responsabilités depuis la mort de son époux, la comtesse de Randolph est victime de surmenage. On la confie donc aux bons soins du docteur Blackmore, qui n’est pas insensible au charme de cette ravissante patiente à la langue acérée. Mais Bathsheba ne peut pas se payer le luxe d’une convalescence à la campagne. Elle doit se rendre à Londres pour trouver un bon parti capable de l’aider à rembourser les dettes colossales de son défunt mari. À quoi bon se laisser conter fleurette par ce beau médecin qui n’a sûrement pas de quoi lui assurer un train de vie décent ?

Mon avis

Dans ce tome, on retrouve Bathsheba, l’amante de Simon Trask qui est désormais l’époux de Sophie Stanton (voir tome précédent). Elle est désormais veuve et doit faire face à la situation : son défunt époux ne savait pas gérer leur situation financière, elle se retrouve accablée de dettes et voit ses propriétés se délabrer sans pouvoir faire quoi que ce soit. Elle arrive cependant à préserver les apparences mais sa réputation a été mise à mal après ses tentatives de ternir la réputation de Sophie Stanton. En résumé, elle est dans de sales draps.

Elle est victime de surmenage, ce qui la met sur la route du Docteur John Blackmore qui ne sera pas insensible à son charme. Les deux ayant un sacré caractère, cela donnera lieu à des échanges parfois houleux mais toujours très intéressant à suivre. Surtout que le Docteur Blackmore semble prêt à vouloir contrecarrer ses plans de se trouver un futur riche époux pour l’aider à rembourser les dettes et à redonner à ses propriétés le charme et le panache d’antan. Seulement, elle ne se doute pas de l’influence de ce médecin et de son train de vie.

Si Bathsheba a ses soucis, elle fait bonne figure notamment pour Lord Randolph son neveu. Elle n’a pas d’enfant à sa charge malgré 4 ans de mariage, ce qui est un fardeau de moins à porter pour elle. La mort de son mari l’aura libérée d’un mariage malheureux contrairement aux apparences car on en apprend beaucoup sur feu Lord Randolph et il aura beaucoup nuit à sa réputation en l’accusant d’infidélité car jaloux n’est pas le mot qui décrirait le mieux feu le comte. Ça, plus les tentatives de ternir la réputation de Sophie Stanton (car elle espérait épouser Simon Trask) n’ont pas joué en sa faveur mais elle œuvrera pour réhabiliter sa réputation. Heureusement, certaines personnes lui donneront sa chance et pas en vain.

Je m’attendais franchement à découvrir une vraie connasse dans ce tome, au contraire. On découvre les dessous d’un mariage qui semblait en apparence être parfait mais c’était loin d’être le cas. On découvre une femme blessée par les rumeurs, fragilisée par tous les soucis notamment d’argent mais déterminée à s’en sortir et surtout à s’en sortir la tête haute. Finalement, contrairement à ce que je pensais Bathsheba est une femme respectable sur laquelle beaucoup de rumeurs sont infondées. C’est une femme qui a un cœur et qui sait reconnaître ses torts, qui essaye de réparer ses erreurs passées en faisant le bien dès qu’elle le peut. C’est aussi une femme qui ne pense pas avoir le droit au bonheur du fait de son attitude par le passé et qui préfère se sacrifier pour que son neveu Lord Randolph ne pâtisse pas du fiasco de son mariage avec Reggie Randolph.

Un tome qui m’aura surpris à plus d’un niveau donc. Je crois que je l’ai même préféré au premier !

ladies-clubLivre lu dans le cadre de mon partenariat avec Milady Romance

Erika

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.