Pardonnable, impardonnable, Valérie Tong Cuong

Le résumé :

Un après-midi d’été, alors qu’il se promène à vélo sur une route de campagne, Milo, douze ans, chute et se blesse grièvement.
Ses parents Céleste et Lino et sa grand-mère Jeanne se précipitent à son chevet. Très vite, chacun va chercher les raisons de l’accident. Ou plutôt le coupable. Qui était avec lui ce jour-là ? Pourquoi Milo n’était-il pas à sa table, en train de faire ses devoirs, comme prévu ?
Tandis que l’angoisse monte autour de l’état de Milo resurgissent peu à peu les rapports de force, les mensonges et les petits arrangements qui sous-tendent cette famille. L’amour que chacun porte à l’enfant ne suffira pas à endiguer la déflagration. Mais lorsque la haine aura tout emporté sur son passage, quel autre choix auront-ils pour survivre que de s’engager sur le chemin du pardon ?

Mon avis

Dans une famille, il y a toujours un lot de mensonges, de non-dits … Parfois, comme c’est le cas dans ce roman, un événement vient tout faire basculer et tout est mis en lumière de manière plus ou moins brutale. C’est le cas ici quand Milo fait une chute de vélo qui lui coûtera très cher. A la base, Milo devait rester avec sa tante Marguerite, pendant que ces parents Céleste et Lino accompagnaient Jeanne chez le notaire. Premier mensonge : Milo et sa tante n’étaient pas au courant, le prétexte ? Le nouveau carrelage de la piscine à choisir. Pendant ce temps là, le jeune garçon devait faire ses devoirs avec sa tante mais alors qu’il lui posait une question sur un chantier qu’elle aurait fait, ils finissent par enfourcher les vélos pour faire une course.

Tout le monde se précipite à l’hôpital suite à l’accident de Milo et de là, vont remonter un à un les mensonges des uns et des autres, nous dévoilant les noirs secrets, les parts sombres de chaque personnage. La famille qui aurait due être unie dans cette épreuve va finir par se déchirer chaque fois un peu plus. On alternera les points de vue de chacun, le ressenti de chacun et on comprendra que tout ne tiendra plus qu’à un fil, Milo. Car le jeune garçon est le point de départ de tout ça mais il sera aussi celui qui pourra les réunir.

Une fois de plus, Valérie Tong Cuong nous livre des personnages touchants avec leurs bons et mauvais côtés mais touchant puisque humains. Des personnages avec leur part d’ombre et leurs secrets même si un personnage en particulier aura eut toute mon attention et qui reste encore une belle part de mystère pour moi : Marguerite, on apprend des choses par-ci par-là qui se retrouvent contredites, on ne sait plus démêler le vrai du faux, on a des doutes, on se pose des questions … et on finit par comprendre, à quelques pages de la fin …

On découvre aussi les liens forts entre Marguerite et Milo, des liens qui malgré tout ce que pourront ou voudront faire sa famille, ne faibliront pas et j’en étais étonnée de voir à quel point et à quel point ils étaient aveugles …

Ce livre, je l’ai pas dévoré comme d’habitude, j’ai pris le temps de le lire, de le savourer et ce fut un réel plaisir de retrouver la plume de Valérie. J’aime sa façon de présenter les choses et la structure de ses romans. J’adore quand on a les points de vue de chacun et ils se complétaient, nous donnant que quelques bouts d’informations sur la suite, sur le pourquoi du comment, laisser planer comme un voile de suspense sur le dénouement. Je ne saurai vous expliquer pourquoi mais ce roman m’a fait ressentir une multitude de choses et j’ai du mal à poser mes mots sur les émotions, le ressenti que j’en ai eu à la lecture, comme encore aujourd’hui.

Je pourrais résumer tout ça en deux mots : lisez-le. Le simple nom de Valérie devrait vous convaincre si vous avez lu et aimé ses précédents romans. Merci Valérie pour ces quelques heures passées avec vos mots.

Erika

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.