Yellow Birds, Kevin Powers

Le résumé :

Bartle, 21 ans, est soldat en Irak, à Al Tafar. Depuis l’entraînement, lui et Murph, 18 ans, sont inséparables. Bartle a fait la promesse de le ramener vivant au pays. Une promesse qu’il ne pourra pas tenir… Murphy mourra sous ses yeux et hantera ses rêves de soldat et, plus tard, de vétéran.
Yellow birds nous plonge au cœur des batailles où se déroule la vie du régiment conduit par le sergent Sterling. On découvre alors les dangers auxquels les soldats sont exposés quotidiennement. Et le retour impossible à la vie civile.

Mon avis

C’est un livre que j’ai acheté il y a bien longtemps, suite à un avis sur meellylit.com que vous pouvez lire ici. J’ai mis beaucoup de temps avant de me lancer puisque cet avis date du 23 mai 2013. C’est à l’occasion de mon déménagement approchant que je me suis décidée à taper dans la PàL des grands formats pour mes lectures à la maison.

Yellow Birds, c’est le point de vue de Bartle, un jeune soldat de 21 ans envoyé en Irak. Il s’est retrouvé à devoir gérer assez rapidement Murph, son binome en quelque sorte. Il a fait la promesse à la mère de Murph de le ramener vivant à la maison, une promesse faite pour ne pas faire de peine à la mère de Murph mais qu’il n’est pas sûr de tenir. Preuve en est, Murph mourra sous ses yeux et ne le quittera jamais tout à fait puisque même après son retour « à la maison », il le hantera encore.

Yellow Birds c’est l’histoire de ces deux jeunes qui sont envoyé à la guerre, comme de la chaire à canon. Des soldats qui vont se battre pour leur pays, oubliant toute notion de bien et de mal, obéissant simplement aux ordres et dont la vie sera en péril chaque jour. Mais peut-on dire que Bartle aura de la chance d’être rentré en vie ? Quand on voit son quotidien post-Irak, on en est moins sûr.

Passant de l’horreur des scènes de bataille sous le commande de Sterling au retour difficile à la réalité, on passe d’un chapitre à un autre ne sachant pas quelle situation est la meilleure pour Bartle … C’est un récit prenant et à la fois oppressant, un récit dur mais qu’on n’a pas envie de lâcher, avide de savoir ce qu’il adviendra du régiment de Stierling et de l’après guerre pour ces jeunes soldats déjà bien amochés, et pas toujours physiquement.

Erika

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.