Dead’s Diary, Simon J. Paul

Le résumé :

En France, Damian Gregor vit les premiers jours de ce qui semble être la fin du monde. Assis devant sa télévision, il écoute les médias parler d’une maladie étrange : les morts reviennent à la vie et attaquent les vivants.
Jour après jour, Damian fera face à cette pandémie d’une ampleur sans précédent. Accompagné par son ami, il sera confronté à des dangers repoussant sans cesse les limites de son imagination.

Au cours de son périple, il rencontrera de nouveaux compagnons, mais aussi des ennemis ; il comprendra que les zombies ne sont pas la seule menace qu’il devra affronter

Mon avis

Nous sommes le 31 mars et non, ce n’est pas une blague : Damian découvre au JT une vidéo d’une violence inouïe qui montre une personne renversée par un véhicule se relever après avoir été déclarée morte par les secouristes … Mais ce n’est pas tout car cette personne s’en prend aux secouristes violemment alors canular ou vidéo réelle ? Les zombies semblent être on ne peut plus réel.

Si le lendemain, au premier avril, plus aucune information ne semble circuler à propos de cette attaque et de ce mystère, Damian doute. Il se demande ce qui est réel ou non et finalement on finit par confirmer ce auquel il s’attendait : une maladie mystérieuse relève les morts et fait d’eux des zombies qui attaquent les vivants pour se nourrir.

Plutôt que rester sur-place, sans nouvelle de sa mère, Damian se met en tête de quitter Reims pour rejoindre Saint-Quentin le plus vite possible tout en restant vivant. Accompagné par son meilleur ami Tony, ils vont se retrouver confronté à de nombreux dangers : les zombies mais pas que … Il faudra aussi se méfier des survivants … Car désormais, c’est un peu chacun pour soi…

Dead’s Diary c’est un peu Walking Dead à la française : Reims, Saint-Quentin, Laon, Lille, des villes que je connais plus ou moins bien qui donnent une impression de réalisme à l’histoire. Si, dans Walking Dead, il y a moyen d’avoir du recul, cette fois-ci j’étais vraiment à fond dedans. Pour moi, cela correspond bien à ce qui pourrait se passer si l’on devait être confronté à ce genre de situation un jour. Je me suis facilement mise à la place de Damian ou plutôt, vivant cette histoire comme un personnage qui suivrait Damian comme son ombre. Si au départ je me disais qu’il se faisait des films, je me rend compte qu’il est à la fois lucide et à la fois angoissé par cette situation. Bref, Damian est humain, il fait ce qu’il faut pour sauver sa peau et celle de ses compagnons mais il ne jouera pas au héros comme on aurait pu le lire dans un autre roman, non non. Damian est un humain avec ses failles, ses angoisses et tout ce qui va avec. C’est un atout pour le livre car du coup, son héros n’est pas dans la sur-enchère et subit parfois le contexte.

Pour moi, Simon J. Paul n’est pas tombé dans le « ça ressemble trop à telle ou telle histoire », non, il nous livre un récit différent de ce que j’ai pu lire en matière de zombies, me donnant envie de lire la suite de ce qui est le premier volet d’une trilogie.

SSKFnlMm_400x400Livre lu dans le cadre d’un partenariat avec Ikor Éditions que je remercie pour l’envoi et la découverte de ce roman !

Erika

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.