Que ta volonté soit faite, Maxime Chattam

Le résumé :

Bienvenue à Carson Mills, petite bourgade du Midwest avec ses champs de coquelicots, ses forêts, ses maisons pimpantes, ses habitants qui se connaissent tous. Un véritable petit coin de paradis… S’il n’y avait Jon Petersen. Il est ce que l’humanité a fait de pire, même le Diable en a peur. Pourtant, un jour, vous croiserez son chemin. Et là…

Réveillera-t-il l’envie de tuer qui sommeille en vous ?

Maxime Chattam nous manipule tout au long de ce récit troublant dont le dénouement, aussi inattendu que spectaculaire, constitue l’essence même du roman noir : la vérité et le crime.

L’avis de Flore

Je viens de terminer « Que ta volonté soit faite » après quelques jours de lecture assez fluide, et je dois dire que mon impression globale est assez décevante. Je n’ai pas été happée par ce que nous offre l’auteur contrairement à ses thrillers, notamment. Une première pour l’instant. Ce n’est sans doute que mon opinion, mais je trouve que l’on ressent beaucoup le changement de style qu’il a tenté dans ce roman, avec les phrases qui semblent ne se terminer jamais et ces effets de style. Je ne dis pas que cela ne rendait aucun effet, mais je n’ai tout simplement pas accroché.

Par ailleurs, Maxime Chattam nous a déjà servi des intrigues plus élaborées que celle-ci. Alors oui, c’est vrai, il faut admettre que le thème est sans doute plus marquant dans la mesure où il s’agit de viol. Mais personnellement, dites de moi que je suis insensible si cela vous chante, je n’ai pas été plus affectée que ça pendant ma lecture. Oui c’est terrible qui est raconté, mais cela ne m’a pas atteinte comme l’aurait fait un témoignage, par exemple.

Il y a tout de même un point sur lequel j’aimerais revenir et m’arrêter un instant. Lorsqu’à la fin du roman Maxime Chattam – à travers le narrateur – parle de cette fameuse force issue de la volonté commune. Dans un pareil cas il est évident que ce n’est pas une mauvaise chose. On pourrait ce dire que l’on aimerait bien voir davantage d’unions telles que celle-ci. Mais quand on y regarde à deux fois, cela peut être également très effrayant de ce dire que cela arrive véritablement. Il suffit que de regarder notre société actuelle pour voir cela mis en œuvre. Que ce soit dans des cas de racisme, d’homophobie ou de « bullying », toute la violence d’un groupe concentrée sur un seul individu (ou du moins dans un contexte de majorité vs. minorité) peut être dévastatrice. Comme quoi, il n’y a jamais qu’un côté à la médaille. Le tout est de trouver le juste milieu.

C’est une chose que j’apprécie dans le travail de Maxime Chattam. Il nous emmène toujours à la découverte de ce qu’il y a de pire chez les Hommes, mais dans le but de nous pousser nous aussi à la réflexion sur le monde dans lequel on évolue jour après jour. Il parvient à nous faire comprendre que parfois le moindre petit geste, le moindre petit détail peut changer toute une trame dans l’histoire et l’Histoire. C’est pour ça que même si j’ai été un peu déçue par ce roman, je continuerais à lire ce qu’il nous écrira. Je peux vous l’assurer.

Flore

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.