Dora la dingue, Lidia Yuknavitch

Le résumé :

Dora est allergique au moindre geste d’affection. Le hic : elle aime secrètement sa meilleure amie, et c’est réciproque. La poisse : ses parents l’envoient consulter. La guerre est déclarée. Entre les séances farfelues avec son psy et les frasques provocantes de sa drôle de bande, Dora entend bien contrer le moralisme ambiant pour affirmer sa différence, dans un joyeux fracas. Un hymne déjanté à l’adolescence et aux névrosés de tous bords, conté par la petite sœur spirituelle du Tyler Durden de Fight Club. Punk, féministe, hilarant : inoubliable.  » Dans ce Fight Clubnouvelle génération, la revanche des ados est vue comme la meilleure des thérapies, et le monde adulte, comme un film de Fellini dans lequel le grotesque tutoie le sordide.  » Marie-Claire Traduit de l’anglais (États-Unis) par Guillaume-Jean Milan Postface de Chuck Palahniuk

Mon avis

C’est un titre un peu dingue que j’ai choisi à la fois pour son titre et sa couverture. Le résumé m’a bien botté et quand je me suis retrouvée « face » au personnage de Dora, je me suis dit « Mon dieu elle est vraiment barge ! ». Dora est une ado que l’on découvre au fil des séances qu’elle a avec son psy, de ses vidéos et de ses frasques avec une bande d’ados tous aussi barges qu’elle. Dora est une jeune fille délurée qui n’a pas froid aux yeux, le seul souci c’est qu’elle a des soucis avec les gestes d’affections qui lui cause notamment des évanouissements, pas très pratique quand on est amoureuse de sa meilleure amie et que celle-ci l’est aussi.

Je me suis beaucoup amusée en lisant ce titre, même si parfois j’ai eu du mal à suivre Dora tant dans ses délires que dans son cheminement de pensées. C’est le genre de personnage vraiment spécial, de ceux que l’on n’oublie pas, qui nous marque. Franchement, parfois je me demandais combien de personnalités elle avait … Quand dans le résumé on vous en parle comme la « petite sœur spirituelle du Tyler Durden de Fight Club », franchement c’est pas loin du compte !

Dora va tout de même aller loin et mettre dans le pétrin son psy, faisant tout pour le gêner à chaque séance même si de base on se dit que le psy aussi a un souci. J’ai trouvé qu’il se focalisait beaucoup sur des interprétations à connotations sexuelles, une sorte de caricature de psy.

Si vous  n’avez rien contre une ribambelle de personnages déjantés, tous plus barges les uns que les autres, je pense que ce roman est fait pour vous. J’ai franchement passé un bon moment de lecture et franchement Dora est un personnage qui restera dans ma mémoire un sacré moment, je n’avais pas encore rencontré d’ado comme elle dans mes lectures, elle est vraiment unique en son genre pour moi.

Erika

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.