Le carnaval des monstres, Anne-Sophie Brasme

Le résumé :

Marica est une jeune femme d’une vingtaine d’années. Employée dans une librairie parisienne, elle mène une existence en apparence ordinaire. Mais Marica n’est pas comme les autres : elle est laide. Sa bouche difforme la paralyse et l’isole du monde. Dévorée de désir, elle contemple les jeunes gens de son âge, solaires et joyeux, pour qui la vie et l’amour paraissent si faciles.
Un jour d’été, elle répond à une petite annonce : « Photographe cherche personne à particularités physiques ». C’est là qu’elle rencontre Joachim, un quadragénaire tourmenté qui consacre ses journées à photographier des individus au physique hors du commun, des « monstres ».
Les séances de pose s’enchaînent, le trouble naît : Marica, tout à son bonheur d’être contemplée par un homme, en oublie la véritable raison de sa présence. Joachim, fasciné par l’étrange sensualité de son modèle, se résout à mener l’obsession à son terme. L’un et l’autre vont peu à peu s’enliser dans cette histoire singulière, où se mêlent l’amour et l’effroi… et où le monstre n’est bien sûr pas celui qu’on croit.

Mon avis

Le maître-mot de cette histoire est : malaise. C’est exactement ça. Le malaise est la seule sensation qui m’est restée lorsque j’ai eu enfin terminé ce livre. En fait, je ne me rappelle pas avoir été aussi contente d’arriver à la fin d’un roman. Pour être tout à fait honnête, je ne me rappelle même plus la raison qui m’a poussé à ajouter ce livre à ma wishlist.

Pour parler plus particulièrement de l’histoire, le livre alterne entre le point de vue de Joachim – en italique dans le texte – et celui de Marica. L’un comme l’autre auraient très bien pu nous paraître sympathique, mais c’était sans compter ce petit truc qu’a l’auteure dans sa façon d’écrire qui les rend tout à fait détestable. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti en lisant : une furieuse envie de leur coller une paire de baffe à tous les deux.

Il n’y a rien de réellement trash dans ce livre. L’amatrice de thriller que je suis aurait sans doute préféré. L’écriture est juste crue et la relation entre les personnages évolue d’une façon presque malsaine. Ce n’est pas grand-chose, dit comme cela, mais c’est tout ce qu’il m’a suffi. Et pourtant je ne suis pas du genre à être perturbée facilement. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas vraiment le genre de livre que je recommanderais, à moins que vous aimiez ce genre de lecture.

Flore

Acheter le livre :



Acheter le livre sur fnac.com

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.