Une main encombrante, Henning Mankell

Le résumé :

C’est l’automne en Scanie avec son lot de pluie et de vent. Désabusé, Wallander aspire à une retraite paisible et rêve d’avoir une maison à la campagne et un chien. Il visite une ancienne ferme, s’enthousiasme pour les lieux, pense avoir trouvé son bonheur. Pourtant, lors d’une dernière déambulation dans le jardin à l’abandon, il trébuche sur ce qu’il croit être les débris d’un râteau. Ce sont en fait les os d’une main affleurant le sol. Les recherches aboutissent à une découverte encore plus macabre.
Au lieu d’une maison, Wallander récolte une enquête. Jusqu’où devra-t-il remonter le temps, et à quel prix, pour identifier cette main ?
Concis et vif, ce court roman est suivi d’une réflexion de l’auteur sur la genèse et l’évolution de sa série Wallander.

Mon avis

C’est avec ce court roman que j’ai découvert Henning Mankell, voilà mon aveu. Il faut bien commencer quelque part non ? J’ai donc fait la connaissance de Wallander qui visiblement est à la recherche d’une maison à la campagne. Un de ces collègues de la police lui propose de visiter une maison : une ancienne ferme à la campagne. Wallander saute donc sur l’occasion et décide d’aller y faire un tour. Il fait la visite, semble être plutôt charmé par ce qu’il voit, jusqu’au moment où il bute sur quelque chose en visitant le jardin.

Contrairement à ce qu’il imaginait ce n’est pas les débris d’un outil de jardin mais bel et bien une main qui dépasse un peu de la terre. Il lance des recherches approfondies dans le jardin afin de déterminer si la main est toujours rattachée au reste du squelette.

Déçu, est Wallander, car cela rompt le charme. Il va malgré tout se concentrer sur l’enquête plutôt que sur la maison. Il devra remonter un peu dans le temps afin de résoudre cette enquête inattendue.

Pour découvrir cet auteur, je me suis lancée avec un peu d’appréhension. Quand on ne connait pas, on ne sait pas trop dans quoi on se lance. Mais Wallander est le genre de personnage que j’aime bien. Le genre pas très sociable, un peu perché. Je me suis amusée à transposer sa découverte avec mon jardin. Comment aurai-je réagit ? Visiblement, pour lui c’est juste un désagrément qui va le bloquer pour l’achat de cette maison et ça le contrarie beaucoup. On sent là l’homme blasé qui en a beaucoup vu et qui ne s’étonne plus tellement.

Après ce roman, je vais sûrement me diriger vers d’autres titres de cet auteur. Je suis curieuse de retrouver Wallander dans une autre enquête, peut-être plus classique cette fois, qui sait ?

Erika

Acheter le livre :



Acheter le livre sur Fnac.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *