Si on nous l’avait dit , Laura Trompette

Le résumé :

Dans sa Corrèze natale, Alice Perret rêve de jours moins monotones, tout en acceptant avec bienveillance sa routine au sein de la ferme de ses parents. Elle mène en réalité une double existence : si Alice n’est personne dans sa campagne, elle est quelqu’un en ligne. L’arrivée impromptue de Nolan Sharp, businessman anglais en vadrouille dans l’hexagone, va renverser l’ordre établi. En l’espace de vingt-quatre heures, un événement tragique va rapprocher ces deux êtres qui n’étaient en rien prédisposés à se connaître, encore moins à s’attacher…

Mon avis

A force de le voir partout sur les réseaux sociaux et parce que je l’avais aperçu en passant sur le stand JC Lattès sur le salon, j’ai fini par prendre « Si on nous l’avait dit » parce que je n’avais plus rien à lire sur le trajet du retour. Comment ça une excuse ? Bon ok.

« Si on nous l’avait dit » est une belle surprise. Édité dans la collection &moi, je m’attendais à voir une romance avec pas mal de scène de sexe (rapport aux autres titres dans cette collection). J’appréhendais à la base mais le résumé m’avait quand même rassuré et m’avait donné envie de passer à la caisse avec.

Déjà, surprise par le résumé qui s’annonçait prometteur, je suis assez surprise de voir le récit se dérouler en Corrèze et mettant en scène une jeune femme travaillant dans la ferme de ses parents malgré ses rêves d’ailleurs. D’entrée de jeu, j’avais un coup de cœur pour Alice. Alice qui se voue corps et âme à la ferme pour aider ses parents mais qui est aussi une personne reconnue en ligne : Alice est Youtubeuse reconnue. Elle ne parle pas beauté mais elle parle de son quotidien, de ses rêves, de ses envies d’ailleurs et ça parle à ses fans. Son quotidien est bousculé le jour où Nolan Sharp, business man anglais (et beau gosse) venu en France pour s’aérer suite à son divorce, se retrouve en panne sur le chemin de la ferme. Sans être mauvaise langue, une Zoé n’a pas une autonomie de malade et il fait le coup de la panne.

Nolan débarque donc dans le monde d’Alice qui heureusement pour lui parle anglais, parce que Nolan ne parle pas un mot de français, les parents d’Alice ne parlant pas anglais … Il a de la chance d’être tombé sur elle, qui fera l’interprête. Nolan est découvre donc le quotidien de la ferme, très différent du sien. Mais si au départ, il devait repartir rapidement, un événement tragique et inattendu va retarder son départ et bouleverser tout le monde à la ferme.

Au départ, quand on voit Alice et Nolan, on se dit qu’ils n’ont rien en commun. Puis on les découvre, on les observent se découvrir, s’apprivoiser et s’attacher l’un à l’autre. C’est un peu la rencontre improbable. Ils sont parfois maladroits surtout qu’il est plus vieux qu’elle. Mais ils sont touchants. J’ai trouvé cette histoire très « réelle ». Les personnages sont des gens comme vous et moi et ce genre d’histoire peut très bien se réaliser. Bref, un bon moment de lecture.

Erika

Acheter le livre : /h3>

Acheter le livre sur Fnac.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *