En veilleuse, Matt Sumell

Le résumé :

Un univers à la fois hilarant, cruel, enragé et d’une immense sensibilité.

Alby est en colère. En colère contre tout. Il frappe sa sœur et tous ceux qui se mettent en travers de son chemin – ils l’ont bien mérité –, balance des insultes aux enfants et aux vieux qui le ralentissent, et se soûle. Mais c’est avec une infinie délicatesse qu’il prend soin du plus fragile oiseau. D’une inaptitude étrangement touchante aux relations humaines, Alby ne se remet pas, vraiment pas, du décès de sa mère. Ce deuil est si profondément ancré en lui qu’il pourrait bien le ronger jusqu’à la moelle. Alors Alby rit de tout pour essayer d’oublier peine et chagrin. Et quand la détresse devient trop forte, il déverse son vitriol sur les hommes, les femmes, les frères et sœurs, les grille-pain, les poubelles et sur la vie elle-même. Matt Sumell nous livre ici le portrait brutal et drôle – mais aussi extrêmement sensible – d’un anti-héros au grand cœur, qui tente de sortir la tête de l’eau et de recoller les morceaux pour continuer à vivre. En veilleuse nous transporte à cent à l’heure dans l’univers tendre et fantasque d’un personnage dont le comportement provoque le fou rire page après page.

Mon avis

Un roman vraiment étonnant, surprenant ! On ne s’attend pas à faire une rencontre avec un tel personnage ! Alby est un personnage assez déstabilisant. Déstabilisant est peut-être le mot qui reste après cette lecture. Un roman étonnant, déstabilisant, cela résume plutôt bien ce que j’ai ressenti à la lecture. Parfois perturbée, septique, parfois riant ou souriant à la lecture. Je dois avouer que ce roman est une lecture qui m’a sorti de mes habitudes de lectures. Pour autant, je ne peux pas dire que je n’ai pas apprécié cette expérience, au contraire.

Alby avec ses accès de violence, de rage et son quotidien, lui qui est loin de se fondre dans la masse ou de s’intégrer. Alby c’est un peu un marginal avec quelques difficultés à se montrer sociable. Il est très spécial, mais au fond, il est touchant. Il se cache derrière une carapace pour ne pas dire derrière une forteresse.

Malgré les passages parfois crus, violents, j’ai beaucoup ri. Ce roman est tellement inattendu, qu’il m’aura fallu un moment pour me dire si oui ou non j’ai aimé.  Il est parfois limite choquant alors qu’à d’autres moments, on a plus pitié d’Alby. Ce personnage est quelque peu instable mais attachant au fond. Je dois bien admettre que le personnage d’Alby est plutôt spécial. Je pense qu’on l’aime ou on ne l’aime pas mais il n’y a pas de demie mesure… comme Alby. Il est entier. Il passe par des phases positives et des phases plus négatives, parfois violentes, il ne fait pas les choses à moitié.

En tout cas cette lecture fut un régal pour moi. ça fait du bien de lire quelque chose d’inattendu comme ça !

 Une découverte grâce à NetGalley et aux Éditions Plon, que je remercie.

Erika

Erika

netgalley


Un partenariat Netgalley

Acheter le livre :



Acheter le livre sur Fnac.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.