Aussi libres qu’un rêve, Manon Fargetton 

Le résumé :

En cette fin du XXIe siècle, l’accès à un métier est régi par la loi des Dates de naissance. Ainsi, si vous êtes né en janvier, les métiers les plus cotés vous seront proposés ; par contre, si vous êtes né en décembre, il ne vous restera que les métiers dont personne n’aura voulu.
Minöa  et Silnëi sont soeurs jumelles, mais l’une est née le 31 décembre à 23h58, et l’autre dans les premières minutes de janvier ! Cela ne les empêchera pas d’unir leurs forces pour combattre la tyrannie des Dates de naissance, en compagnie de Kléano, jeune chanteur d’un groupe de rock rebelle.

Mon avis

Rendez-vous a une époque où choisir un métier ne se faisait pas sur vocation mais plutôt par mois de naissance : si vous êtes nés en début d’année, c’est le jackpot mais si vous êtes nés en fin d’année … il ne reste que les miettes, ces métiers dont personne ne veut. Alors imaginez le choc que c’est quand vous mettez au monde des jumeaux. Jusque là, pas de soucis. Sauf si durant les dernières minutes de décembre, le premier arrive et que le deuxième arrive aux premières lueurs du 1er janvier. Ce fut le cas avec  Minöa et Silnëi. Cela n’empêchera pas leurs parents de les élever comme deux filles nées en janvier. Le seul hic ? L’une aura un métier plein de paillettes mais rêvera à d’autres choses, alors que l’autre rêvera elle, d’être née en janvier. On veut toujours ce qu’on ne peut avoir … Cela ne les empêchera pas de s’allier et de se révolter contre l’ordre établit.
Et ça, grâce à l’étourderie de Minöa qui lui permettra de faire la rencontre Kléano, né en novembre mais qui est chanteur dans un groupe de rock clandestin parce qu’il refuse de mettre ses rêves de côté. Seulement, il est loin de se douter de ce qui va lui arriver par la suite.
Le destin des jumelles et de celui de Kléano va vite basculer.
Cela nous donne un roman génial. Tant par l’univers que nous fait découvrir Manon Fargetton, que par le thème et les rêves des jeunes gens que l’on rencontre, à commencer par les jumelles qui regrettent parfois leurs mois de naissance. L’une comme l’autre. J’ai beaucoup aimé les personnages de  Minöa et Silnëi qui se complètent et s’opposent parfois. Impossible d’en préférer une à l’autre, je n’ai pas su me décider.
J’ai beaucoup aimé ces personnages qui sont très humain avec forces et faiblesses, il est facile de s’identifier à certains traits de caractères que ce soit chez l’une ou chez l’autre. Et Kléano est un ado un peu perdu entre ce qu’il voudrait être et ce qu’il doit faire. Le pauvre, il est loin de tout savoir sur son histoire.
Il y a aussi Nériss, avec qui  Minöa correspond. Ce mystérieux correspondant semble être son âme sœur et pourtant… Il y a un gouffre entre l’être et le paraître lorsque l’on correspond. Alors finalement, que sait-on vraiment de l’autre ? C’est toute la problématique de Minöa .
Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, c’est d’ailleurs le premier de Manon Fargetton, son premier roman d’après ce que j’ai compris) mais aussi le premier que je lis d’elle et j’ai beaucoup aimé découvrir un univers et un auteur. Je ne regrette pas avoir acheté ce roman lors de mon craquage au SLPJ en décembre dernier, mais alors pas du tout.
Erika

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.