Glacé, Bernard Minier

Le résumé:

Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée. Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ? Une atmosphère oppressante, une intrigue tendue à l’extrême, une plongée implacable dans nos peurs les plus secrètes, ce premier roman est une révélation !

Mon avis

C’est une coïncidence qui m’a fait commencer ce roman la veille de la diffusion du premier épisode de la série sur M6. Vous vous doutez donc que je n’ai pas pu me faire d’avis sur cette série pour éviter de me faire spoiler.

Glacé commence par la sordide découverte d’un cadavre mais aussi étonnant que ça puisse paraître, le meurtrier n’a pas choisi une cible « ordinaire » … Il a été jusque perché en haut du téléphérique d’une vieille usine un cadavre de cheval. Étrange. Mais la bête appartenant au fortuné Eric Lombard, il faut mettre le paquet pour résoudre l’enquête. C’est pas comme si monsieur n’avait pas les moyens de faire pression dans les hautes sphères visiblement.
C’est comme ça que Martin Servaz, commandant de police se retrouve sur une enquête mener conjointement avec la gendarmerie puisqu’il devra collaborer avec le Capitaine Irène Ziegler laissant de côté mais pas totalement son enquête à Toulouse.

En parallèle, nous suivons l’arrivée de Diane en tant que psychologue dans l’institut à proximité de l’usine. Un institut spécial puisqu’il accueille des malades et criminels que les hôpitaux psychiatriques « classiques » ne peuvent/veulent plus accueillir. L’unité A de l’institut est unique. Elle accueille les plus grands criminels, des hommes résistants aux traitements les plus lourds. Il faut des doses de cheval pour les assommer et pourtant, cela fait à peine effet.

Alors quel est le lien entre le meurtre du cheval à l’usine et cet institut censé être inviolable ? Est-ce le fait d’un des patients ? Pourquoi ces deux lieux ? Pourquoi un cheval ? Pourquoi tellement de choses.

Ce roman est vraiment prenant. Si au départ je n’ai pas compris le lien entre les deux « histoires », celle de Servaz et celle de Diane, tout s’est vite mis en place. Pauvre Diane qui ne sait pas dans quoi elle a pu s’embarquer…

Pour la faire simple : avec Glacé je me suis pris une belle et grosse claque ! Je n’ai absolument rien vu venir. Et quand je pensais avoir compris, deviné ce que cela pouvait être, des indices, des éléments du récit me montraient que non. Les pistes sont brouillées au maximum et cela est très compliqué de démêler le sac de nœuds de l’intrigue, ce qui se fait en apothéose dans les derniers chapitres. En bref, Glacé est une belle réussite. Alors la question qui tue : est-ce que la série sera à la hauteur de ce très bon bouquin ?

Erika

1 Commentaire

  • Aniouchka dit :

    J’ai entendu beaucoup de bien de ce roman et ton avis me conforte dans cet a priori positif. Je le lirai donc dès que j’en aurai l’occasion.
    Je ne sais pas si tu as eu le temps de regarder la série maintenant que tu as lu le roman, mais pour ma part j’ai décroché avant la fin du premier épisode. Trop lent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *