Les jumelles, Claire Douglas

Le résumé :

Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa sœur Lucy, Abi s’installe à Bath dans l’espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l’attirent dans leur univers privilégié et trouble…
Invitée par Bea à vivre dans l’hôtel particulier qu’elle partage avec Ben, Abi met tout en œuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée ? mais l’est-elle vraiment ? par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison…

Thème romanesque par excellence, la gémellité est ici abordée sous l’angle d’un suspense psychologique prenant qui joue des aspects les plus sombres de cette relation fusionnelle, dangereuse, et qui les révèle sans tabous.

Mon avis

WAOW ! Juste WAOW.

Je pourrai résumer comme ça ma lecture.

L’histoire de notre personnage principal Abi est déjà difficile. Elle vient de perdre sa jumelle, pour ne pas dire : elle a tué sa jumelle. Mais est-ce vraiment comme ça qu’il faut le formuler ? Elle était au volant de la voiture lors de l’accident qui a tué sa jumelle.

Elle tente de se reconstruire en quittant Londres pour Bath. Elle fait la rencontre de Béatrice, créatrice de bijoux qui organise une journée portes ouvertes dans sa jolie maison. Une maison qu’elle partage avec son frère jumeau et des artistes.

Béatrice ressemble à Lucy, sa défunte jumelle. Inconsciemment, Abi se sent un lien avec Béatrice. Mais c’est le début des ennuis.

Abi ayant fait un séjour en hôpital psy et ayant des crises de parano, on ne saura pas si c’est elle qui déraille ou non. Et cela va créer une ambiance hyper lourde, tendue et parfois dérangeante à la lecture.

J’ai dévoré ce livre en quelques heures et je peux vous garantir que c’est une super lecture (à la base j’allais écrire une grossièreté pour vous montrer à quel point j’ai adoré).

On doute de tout, tout le temps. On se pose tellement de question et à la fin, on se prend une grosse grosse claque en pleine face. Un régal ! Bon par contre, faut aimer qu’on joue avec nos nerfs, parce que franchement niveau tension et « je te balance des infos, des indices et des fausses pistes jusqu’à ce que tu t’y perdes » il y a ce qu’il faut.

Erika

netgalley

Un partenariat Netgalley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *