En pays conquis, Thomas Bronnec

Le résumé :

La République est paralysée. L’Elysée est à gauche mais l’Assemblée à droite. Très à droite : impossible pour Hélène Cassard, nommée à Matignon, de gouverner sans le soutien des députés du Rassemblement national, le parti extrémiste. Dans un paysage politique en pleine déliquescence, les convictions sont mises à l’épreuve du pouvoir et les hommes de l’ombre s’agitent autour d’un enjeu de taille : l’appartenance de la France à l’Europe. L’un d’eux, François Belmont, ambitionne de faire éclater les vieux clivages. Rien ne semble résister au grand argentier de la campagne d’Hélène Cassard. A moins que la mort de Christian Dumas, président de la Commission des comptes de campagne, chargé de veiller sur la légalité du financement de la vie politique, ne vienne compromettre ses plans ?

Mon avis

J’ai trouvé cette lecture très intéressante. Moi qui ne suis pas très politique, soyons honnête, j’ai apprécié ma lecture. J’appréhendais. Mais ce livre m’a sorti de cette panne. J’avoue que je l’ai dévoré. C’était étrange de le lire à deux jours du premier tour des élections. Et quand je l’ai fini,  je l’ai refermé en me disant « bah dis donc ».

Il a su me convaincre​ quand le contexte de ce livre me faisait peur.

Cette lecture résonne étrangement au vu de l’actualité politique et de ce vote décisif à venir pour notre pays.

Dans le roman ce vote a déjà eu lieu et tout le gouvernement se construit. Autour d’un dilemme qui n’est pas sans rappeler l’actualité. Thomas Bronnec dans ce roman nous emmène en quelques sortes dans les coulisses du pouvoir, mettant au jour des alliances et des stratégies. Il nous dévoile l’envers du décor et même si ceci n’est que fiction, cela résonne étrangement en moi.

Dans ce roman chacun des personnages a des intérêts qu’il défend mais sans pour autant les dévoiler, c’est un grand spectacle de marionnettes et de pions qu’on place et déplace à sa guise. Manipulation, secrets, alliance en tout genre et « divorce » entre personnages, entre partis politiques sont au programme.

Cette lecture m’a bousculé d’une certaine manière. Je crois que je ne m’attendais pas à être absorbée dans la lecture et à l’apprécier autant. C’est​ une lecture vraiment très intéressante tout autant que la rencontre avec l’auteur.

2 Commentaires

  • GENEVIEVE MUNIER dit :

    Belle chronique Erika. si tu as lu la mienne, tu auras vu que j’ai appréciée aussi ce roman de politique fiction… Mais après les législatives serons-nous toujours dans la fiction ?

    • Erika dit :

      Oui j’ai vu ta chronique et comme toi je me demande encore combien de temps passerons-nous dans la fiction avant que cela rejoigne notre réalité. C’est vraiment ça qui m’a le plus marqué dans ce roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *