La lune est à nous, Cindy Van Wilder

Le résumé :

Max et Olivia n’ont pas grand-chose en commun. Max, solitaire et complexé, peine à s’intégrer dans son nouveau lycée. Olivia, sociable et hyperactive, vient d’être recrutée par la très populaire chaîne YouTube « Les Trois Grâces » et s’investit dans le milieu associatif. Ils n’ont rien en commun, si ce n’est qu’ils sont en surpoids, et que le monde le leur fait bien payer. Lorsqu’ils se rencontrent, ils se comprennent instantanément. Et décident de réagir – chacun à sa manière. L’habit ne fait pas le moine, dit-on… Ni Max ni Olivia ne s’attend aux défis qu’ils vont rencontrer. Et si l’aiguille de la balance n’était pas le seul challenge ? Et s’il était possible de décrocher la lune, même après être tombé à terre… ?

Mon avis

Il y a des livres comme ça, tu les attends depuis tellement longtemps que tu les fais durer encore et encore. Je me suis obligée à ne lire qu’un chapitre par un chapitre connaissant mon rythme de lecture quand il s’agit d’un livre de Cindy.

Il y a des livres qui vont nous toucher, c’est une évidence. L’histoire d’Olivia alias Curvy Grace et celle de Maximilien qui débarque en Belgique après le divorce de ses parents nous plonge directement dans la peau d’adolescent qui ont du mal à s’assumer car ils ne correspondent pas aux critères de beauté : disons les choses telles qu’elles sont : ils sont en surpoids et pas un jour ne passe sans qu’ils n’aient à faire face à un regard, une remarque sur leur physique. Ce à quoi, on a envie de répondre aux autres : mais qu’est-ce que ça peut bien vous faire ?

J’avoue que j’ai du mal à comprendre comment on peut juger les autres ainsi ? Qui sommes-nous pour le faire ? Et plus encore : pourquoi juger les gens quand l’inverse nous blesserait sûrement ? Bref, l’être humain est souvent bien con et les réseaux sociaux n’ont rien arrangé, preuve en est avec le cyber-harcèlement que subira Olivia.

S’il y a bien une chose qui reste à la fin de la lecture : c’est que c’est un livre que je ne vais pas arrêter de conseiller. Tant pour les personnages de Max et Olivia que j’étais triste de quitter, que leur bande d’amis qui s’entraide et pour le message que délivre Cindy dans le récit.

Elle met le doigt sur tellement de choses qu’on sait mais dont on ne parle pas forcément de manière explicite. Des paroles et des actes qui mène à ce mal-être que partage Max et Olivia et l’ampleur que tout cela peut prendre avec les réseaux sociaux… Certaines personnes se sentant plus fortes cachées derrière un écran.

C’est un message ultra positif que nous offre Cindy comme je vous le disais : personne n’a de mots à dire sur votre apparence. Personne n’a le droit de vous juger. Vous avez le droit de vous sentir beau / belle quelles que soit vos mensurations et c’est un message qui fait du bien.

Du coup je vais conclure par : Aimez-vous, emmerdez les gens qui pensent que vous n’êtes pas si ou pas ça, ou encore que vous êtes trop si ou trop ça. Le principal est d’être soi-même, les autres n’ont pas a avoir d’avis la-dessus.

L’avis de Flore

La lune est à nous, ou le livre qui fait du bien en douceur… Je m’explique. Dans cette nouvelle pépite que nous offre Cindy Van Wilder, c’est entre autres choses l’un des cancers de notre société qui est montré du doigt : le culte des apparences.

Je ne vais pas m’attarder longuement sur le contenu de l’histoire puisque le synopsis vous en dis déjà beaucoup.

Pour faire simple, on suit l’histoire d’Olivia une jeune demoiselle en surpoids et pleine de vie, bien décider à briser les codes de la beauté via les réseaux sociaux. De l’autre côté, parallèlement,  on suit l’histoire de Maximilien fraîchement débarqué dans la ville d’Olivia, mal dans sa peau et luttant contre sa propre identité.

La rencontre entre les deux personnages et leur deux univers vise à nous transmettre un beau message d’espoir, un beau message d’amour et de tolérance. Envers les autres, mais aussi et surtout envers soi-même.

Ce roman nous concerne tous. Quelle que soit notre morphologie, notre orientation sexuelle, notre religion ou simplement notre choix de vie. Parce que chaque jour nous sommes confrontés à ce qui est admis comme la norme (et ne me lancez pas sur la définition de la norme, parce que c’est mon rayon, vous perdrez à coup sûr). Et de façon toute aussi triste, nous avons tous et toutes été je pense, au moins  une fois dans notre vie, victime de railleries et/ou de harcèlement.

Ce livre est, selon moi, une belle façon de dire ceci : « À toi qui lis ces lignes : tu es beau/belle, tu es merveilleu(x-se), tu vaux la peine, tu es unique, tu es précieu(x-se), alors soi toi-même et emmerde le monde ! ».

Et parce qu’on ne l’entend jamais suffisamment de la part des gens qui comptent, que parfois les voix de tous les haters se font plus fortes dans notre tête, ça fait du bien. Alors merci. Merci Cindy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *