Celle qui venait des plaines, Charlotte Bousquet

Le résumé :

Le vert des hautes herbes surplombées par le feu orangé du soleil couchant sur les plaines du Dakota, les récits de victoires autour d’une flambée à la tombée de la nuit, les chevaux couleur de cendres, le tonnerre des canons, les rivières de sang…

Et soudain, le déracinement et l’enfermement à la Mission Saint-James, l’apprentissage de la haine d’une culture immémoriale, la purification par la souffrance et une éducation de fer pour briser les volontés les plus tenaces.

Voici l’histoire de Winona, fille aînée du vent et de la lumière, héritière de traditions ancestrales qu’elle fut contrainte de recracher comme le pire des venins, métisse éprise de liberté et de justice dont la route ne cesse de croiser celle des célèbres Steele men, cow-boys et mercenaires – pour le meilleur et pour le pire.

Mon avis

Celle qui venait des plaines m’a fait découvrir encore une histoire et une culture et un univers : celle du western, de la culture amérindienne et cette volonté d’américaniser les Indiens par les missions comme la mission Saint James … Un univers de cow-boys et de tribus indiennes, je plongeais donc vers l’inconnu pour moi, peu friande à la base des films de western.

Celle qui venait des plaine c’est l’histoire de la rencontre de Winona et Virgil, qui a la base souhaite venger son père mais qui finalement est à la recherche de la vérité sur l’histoire des Steele Men et de la mort de son père.

Winona nous permet par son récit de découvrir ce qui lui est arrivé dès l’enfance, quand on l’arrache à son peuple pour l’intégrer à la Mission Saint James pour en faire une petite américaine bien élevée, quand on lui arrache son identité, sa langue maternelle pour lui imposer de force une culture, une langue et un prénom. C’est un combat permanent pour garder son essence.

Plus tard, son combat la mènera face aux Steele Men, des cow-boys qui ont relaté leur version des faits dans un livre que Virgil connait par coeur. Ce qui le conduira sur les traces de Winona au départ pour se venger, mais curieux, il écoutera son histoire.

Ce que j’aime avec les romans de Charlotte Bousquet c’est qu’elle navigue d’un style de roman à un autre avec brio. Qu’elle nous emmène dans un univers un peu à part avec Sang de Lune ou dans une époque de notre histoire avec Là où tombe les anges, elle réussi toujours à me happer dans le récit.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *