Gataca, Franck Thilliez

Le résumé :

Une jeune scientifique spécialiste de l’évolution des espèces, retrouvée morte, attaquée par un primate.
Onze hommes derrière les barreaux. Leurs points communs : tous ont commis des crimes barbares et tous sont gauchers. Enfin, la découverte d’une famille de Néandertaliens assassinée par un Cro-Magnon. Quel est le rapport entre ces affaires et des crimes éloignés de 30 000 ans ? La clé est dans ces quelques lettres : GATACA. Après le succès du Syndrome E, Franck Thilliez remet ses deux célèbres personnages, Lucie Henebelle et Franck Sharko désormais inséparables, sur le devant de la scène.
Avec un suspens inouï et maîtrisé de bout en bout, GATACA clôt un dyptique fascinant sur l’origine de la violence, déjà en cours de traduction dans neuf langues.

Mon avis

Même si il est dit dès le départ que Gataca peut être lu indépendamment du Syndrome E, c’est en quelque sorte une suite. Une suite un peu tragique sur certains points car on retrouve Lucie Henebelle et Franck Sharko dans la suite de leurs aventures, seulement une épreuve horrible les aura séparé (pour mieux les réunir ?): on apprend ce qui est arrivé aux jumelles qui ont disparu à la fin du Syndrome E.
L’histoire est vraiment fascinante comme dans le Syndrome E, on est pris dès les premières pages. J’ai appris énormément de choses sur la génétique et l’ADN, puisque c’est dessus que porte les recherches des personnages du roman. D’ailleurs c’est assez « marrant », en haut de chaque page du livre on retrouve une série de G, A, T, C qui sont, comme nous l’explique Franck Thilliez à la fin du roman, les lettres qui composent les chainons de l’ADN, c’est la reproduction d’une partie de l’ADN humain, une partie seulement parce qu’il en faudrait des pages pour tout rédiger, comme  le fait cet autiste extrêmement intelligent …

Page après page, on suit l’enquête, mais on apprend énormément de choses que ce soit sur le Néendertal, la violence, et tout ce qui est génétique. C’est un livre instructif en plus d’être une suite (car pour moi finalement, lire Gataca, sans avoir lu le précédent laisserait quelques zones d’ombres dans la vie des personnages, des informations clefs qui nous permettent de comprendre l’évolution des personnages d’un livre à l’autre).

Franchement, à  lire, je ne vois pas quoi dire de plus !

Franck Thilliez parle de Gataca

Depuis le temps que je devais me l’offrir ! Level 26, La suite en collaboration avec Duane Swierczynski.

8 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.