Peine Perdue, Olivier Adam

Le résumé :

Les touristes ont déserté les lieux, la ville est calme, les plages à l’abandon. Pourtant, en quelques jours, deux événements vont secouer cette station balnéaire de la Côte d’Azur : la sauvage agression d’Antoine, jeune homme instable et gloire locale du football amateur, qu’on a laissé pour mort devant l’hôpital, et une tempête inattendue qui ravage le littoral, provoquant une étrange série de noyades et de disparitions. Familles des victimes, personnel hospitalier, retraités en villégiature, barmaids, saisonniers, petits mafieux, ils sont vingt-deux personnages à se succéder dans une ronde étourdissante. Vingt-deux hommes et femmes aux prises avec leur propre histoire, emportés par les drames qui agitent la côte.
Avec Peine perdue, Olivier Adam signe un livre d’une densité romanesque inédite, aux allures de roman noir, et dresse le portrait d’une communauté désemparée, reflet d’un pays en crise.

Mon avis

C’est ma deuxième lecture de Olivier Adam et j’ai une fois de plus été surprise ! Et, un peu perturbée aussi je dois l’avouer. Il y a 22 points de vue différents et parfois on se demande ce qu’on tous en commun ces personnes.

Antoine est un joueur de foot qui fait la gloire de son équipe, mais il est du genre instable. Il se met facilement en mauvaise posture en s’énervant contre des gens comme avec ce coup de boule qui lui vaudra une suspension. Il doit donc se contenter de retaper les mobiles-homes dans le camping en compagnie d’un de ces amis, Jeff. Seulement, un jour il se fait agresser violemment et est laissé pour mort ou presque devant l’hôpital où il restera longtemps dans le coma. Il ne connaîtra pas la tempête qui ravagera le littoral sur lequel se trouve la ville, il ne saura rien des personnages qui ont disparues, des personnes qui sont mortes noyées et de toutes les histoires qui ont pris un drôle de tournant. Alors, qui a fait ça ? L’équipe adverse ? Des mafieux dont on sait qu’ils ont la main sur une bonne partie de la ville ?

Que sont devenues ces personnes qui ont disparus comme les vigiles ? Laissant derrière eux une famille, des amis … Toutes les réponses arrivent par morceaux, comme des pièces de puzzle qui s’emboîtent chapitre après chapitre. On se rend vite compte qu’ils sont tous liés d’une manière où d’une autre, que le chemin de l’un a croisé directement ou indirectement le chemin d’un autre. Qu’ils en soient conscients ou non, chacun de ces 22 personnages sont liés. Et chacun d’entre eux à vécu un drame avec cette tempête, ils ont tous perdu un être cher ou ils ont tous failli y laisser quelqu’un voire même y laisser la peau.

Ce roman est peut-être une fiction mais chaque ligne peut finir par être un fait divers, le reflet de la réalité et c’est pas forcément très joli à voir … Ce que j’aime avec Olivier Adam, c’est que tout nous laisse croire que ce n’est pas un roman, qu’on ne lit pas un livre, il écrit sans en faire trop, avec les mots qu’il faut pour que l’on s’attache à certains personnages, moi ce sera tel ou tel personnage, vous ce sera peut-être d’autres, mais dans ces personnages on peut se retrouver, on peut retrouver des gens que l’on côtoie, des histoires dont on a entendu parler dans la réalité.

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03Livre lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2014

Erika

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *