Dans la peau d’Erica, Michelle Painchaud

Le résumé :

Grâce à la chirurgie esthétique, Violet ressemble désormais à s’y méprendre à l’adolescente que serait devenue Erica, la fille des Silverman kidnappée à cinq ans et jamais retrouvée. Et à force d’entraînement, Violet parle, pense, agit comme Erica. Elle est prête à tenir le rôle pour lequel son père adoptif la dresse depuis l’enfance, et à accomplir sa mission : conquérir le cœur des Silverman… et mettre ainsi la main sur leur fortune. Mais le jour où elle « réapparaît » dans la peau d’Erica, des émotions et des sentiments auxquels aucune répétition ne l’a préparée l’assaillent…

Mon avis

Dans la peau d’Erica est une lecture qui m’a attiré d’abord parce que … je m’appelle Erika. C’est bête non ? C’est bête mais je suis curieuse. Bref

En tout cas, c’est un choix de lecture que je ne regrette pas. Dans la peau d’Erica … Pourquoi ? Parce que Violet est littéralement entrée dans la peau d’Erica, une fillette enlevée à ses parents 13 ans auparavant.

Il y a déjà eu des fausses Erica, donc il y a une grosse méfiance de la part de tout le monde. Mais cette fois-ci, l’ADN a parlé et la mère d’Erica, Mme Silverman y croit. Et quelque part, tout le monde a envie d’y croire parce que bon,  3 fausses Erica ça commence à faire beaucoup. Faudrait pas trop se moquer de Mme Silverman et de ses sentiments. Parce que franchement, c’est pas humain de jouer avec la disparition-réapparition-déception à chaque fois. Surtout quand on sait que Mr Silverman est dans un hôpital psychiatrique depuis la disparition de sa fille.

On suit donc le quotidien d’Erica en parallèle de son passé en tant que Violet, ce qui nous permet de cerner le personnage et de comprendre pourquoi … Mais en même temps … j’ai eu du mal à comprendre les motivations. Ce n’est pas tant la faute de Violet mais elle n’est pas totalement innocente je veux dire.

Va-t-elle aller jusqu’au bout du plan ? Va-t-elle réussir à se fondre dans Erica pour ne pas se faire démasquer ? Il faut dire que nombreux sont ceux qui doutent, après tout jamais 2 sans 3. Et après 2 impostures, il est normal de se méfier de celle qui arrive de nulle part, étant ou se faisant passer pour Erica. Bref.

C’est un sacré paquet de questions, de doutes qui nous attendent.

J’avoue ne pas avoir envisagé une seule fois la tournure qu’allait prendre le récit. Et j’ai beaucoup apprécié le personnage de Violet/Erica, du début à la fin même si quand même c’est une (mot grossier censuré) d’avoir accepté de jouer ce rôle alors qu’elle savait très bien que la famille Silverman allait en souffrir.

Erika

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.