Du feu de l’enfer, Sire Cédric

Le résumé :

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera
les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang.

Sire Cedric revient en chef d’orchestre du suspense et des frissons, avec un nouveau concerto qui fait la part belle au souffle du vent dans la nuit noire et aux gémissements des corps torturés. Subtil et maîtrisé, ce conte d’horreur moderne allie à la justesse d’une réflexion sur les relations familiales les retournements de situation les plus ébouriffants.

Mon avis

Dans ce roman très différent des autres titres de Sire Cédric (attention, n’y voyez pas un sens négatif), nous faisons connaissance avec Manon, une jeune femme à la profession peu mise en scène dans mes lectures : thanatopractrice (bon courage pour bienle prononcer du premier coup, j’ai galéré) et son frère Ariel, délinquant.

Un jour, Ariel débarque en pleine nuit chez sa sœur, ivre et dépassé par les événements. Une de ces combines a mal tourné et voilà qu’il embarque une fois de plus sa sœur dans ses galères. Il vient de se faire mettre à la porte donc pour couronner le tout, elle va devoir cohabiter avec lui. Manque de pot, c’est le début d’une série d’assassinat assez violents. Ce n’est que le début et tout semble converger vers une espèce de secte.
Leurs pas vont croiser ceux du Capitaine Reynal, flic qui s’intéresse de très près à cette secte et donc qui s’intéressera à leur cas.

Dans ce nouveau roman, Sire Cédric va brouiller les pistes, on ne saura jamais réellement à qui se fier et qui pourrait être derrière tout ça. Il va drôlement jouer avec mes nerfs tout en mettant en scène des personnages plutôt attachant. Personnellement j’ai beaucoup beaucoup aimé Manon. Et vous vous en doutez sûrement : j’ai détesté Ariel pour le lot de problème qu’il a fait débarquer violemment dans la vie de sa sœur et la gratitude inexistante pour ce dévouement de Manon envers lui.

Qui croire ? Que croire ? Que comprendre ? Comment faire pour cerner les personnages ? C’est une tâche assez ardue et j’ai échoué. On est amené à soupçonner les mauvaises personnages (ou pas) et franchement cette claque à la fin, c’est juste waow.

Alors oui, c’est différent de ce que nous propose habituellement Sire Cédric, c’est plus ancré dans le réel que d’habitudes, mais c’est un plaisir de le suivre sur cette voie là et de le lire à nouveau.

Il est fier de ce nouveau bébé et il a de quoi. J’ai eu l’occasion d’échanger avec lui à Quais de Polar et je le réécris ici :  merci pour ce très bon moment de lecture. J’ai vraiment adoré Du feu de l’enfer et surtout … Manon.

Un partenariat Netgalley

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *